mardi 2 août 2016

Comment l'acupuncture a sauvé notre mariage

Quand on a été élevée comme moi, en Occident, par des parents qui n'abusent pas des médecins et des antibiotiques, mais qui ne connaissent pas grand chose d'autre que l'allopathie et l'ostéopathie, ce qui est déjà pas mal ... on n'imagine pas comment l'énergie qui nous anime tous, peut changer notre vie. 

L'acupuncture est à la base, une médecine traditionnelle chinoise, qui fonctionne depuis des siècles de façon empirique. 

Pendant longtemps, l'Occident ne comprenait pas comment des effets étaient possibles. Aujourd'hui, elle est de plus en plus utilisée quand l'allopathie montre ses limites, maintenant, des études ont prouvé des effets sur des pathologies bien précises. Maintenant les méridiens sont étudiés et utilisés dans d'autres médecines alternatives. 

Si vous êtes comme moi, ignorants, vous ne savez pas que l'énergie sexuelle, mise à contribution pour concevoir, fabriquer, donner naissance, allaiter un enfant siège dans les reins. 

Après tout ce processus, toute mère voit son énergie des reins tout à fait déséquilibrée et en manque, ce qui cause parfois un déséquilibre avec l'énergie du foie. Au final, on se sent vidée, à cran, et la fertilité est au plus bas. 

Je suis encore dans cet état 3 ans et 9 mois après mon accouchement ... mon corps n'a pas trouvé le moyen de recharger mes batteries et de retrouver son équilibre seul. Certaines ont peut-être la chance que cela marche ... 

Mais moi je peux dire aujourd'hui que l'acupuncture a sauvé notre mariage, car mon vide d'énergie des reins avait pour effet que mon corps vampirisait l'énergie sexuelle de mon mari lors de nos rapports intimes, ce qui lui causait toutes sortes de symptômes physiques désagréables qui le poussaient à espacer nos rapports, à s'éloigner de moi, en conséquences de quoi je me sentais rejetée comme une ennemie, et donc toujours plus seule dans mon couple. 



Et dire que tout cela n'était qu'un manque d'énergie des reins ... 

Et pourtant j'ai vu un autre acupuncteur durant ma grossesse et même après, mais trop occupé à gérer 2 patients en même temps, pour moi, il n'a pas fait son travail à fond, il se contentait de traiter le problème dont je lui parlais, alors qu'il avait un outil diagnostique qui aurait du le pousser à me proposer des séances régulières pour rééquilibrer tout ça. 

J'ai souffert émotionnellement, je me suis vidée de toute joie de vivre à cause de sa négligence. 

 Bref, il parait que dans la vie, les choses arrivent quand on est prêt, peut-être, je ne comprendrais jamais vraiment la nécessité de souffrir. 
Sauf que Thich Nhat Hanh dit que la souffrance est notre maître. 

Ce qui est sûr c'est que le moment de mon burn-out a été pour moi une occasion de me reconnecter à moi-même, au sens que je veux donner à ma vie, et peut-être que plus tôt je n'aurai pas été prête à cela. Surtout que les praticiens qui s'occupent de moi aujourd'hui, sont compétents, et ils sont ici, là où j'ai déménagé juste avant qu'on ne diagnostique mon burn-out. 

Donc oui, dans la vie, il y a quelque chose, quelqu'un, qui guide nos choix dans les coulisses, pour que finalement, le soulagement vienne, pour que finalement, on trouve le chemin qui mène à notre accomplissement personnel. 

Ce break dans ma vie professionnelle est aussi l'occasion d'opérer une reconversion. Vu que je n'ai jamais pu obtenir le genre de poste que je souhaitais, il est peut-être temps de changer tout à fait mon fusil d'épaule. 

Certains disent qu'une maladie grave est une chance dans leur vie, je les comprends. Je me dis souvent et si ... alors j'aurais pu éviter de tomber si bas. Seulement avec "et si" on met Paris en bouteille. On ne peut pas changer le passé, on peut juste disposer pour l'avenir, rester connecter à soi, à ce qu'il y a de vivant, d'essentiel en nous et se promettre à soi-même de ne plus laisser les injonctions de la société, les tracasseries de la vie, les responsabilités familiales, nous en éloigner. 

Car je le répète, on ne peut prendre soin de personne au détriment de soi !!! 

Ces derniers mois, ma vie a donc beaucoup changé. 

Je vais mensuellement chez l'esthéticienne, je vais danser chaque semaine, je vais pédaler régulièrement, je bois des jus de légumes/fruits régulièrement, je médite souvent, je vois un psy pour moi, un autre pour notre couple, on s'accorde quelques jours juste à deux, pour se reposer vraiment, et on revient ainsi frais et disponibles à fond pour notre fils. A l'occasion je peins ou je colorie, je vais au cinéma, à des conférences. J'ai décidé de me lancer dans un certificat en gestion des conflits interpersonnels à l'université de Paix, et dans un cycle de formation à la méditation de pleine conscience. 

Bref, je mets enfin dans ma vie des ingrédients qui me nourrissent, qui me rechargent les batteries au lieu de les épuiser indéfiniment. 

Ce que j'espère aujourd'hui, c'est pouvoir transmettre tous ces bons outils à mon fils, et à qui veut, pour qu'autrui ne soit pas obligé, comme moi, de passer par la case burn-out !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire